Face à Zika : « Mieux écouter les populations concernées »

Un article de Le Monde
February 16, 2016
Depuis quelque temps, on découvre un nouveau virus dans la fumée encore visible de l’épidémie d’Ebola. En métropole, on découvre et apprend donc de ce « nouveau » virus, Zika, qu’il est un arbovirus vectorisé par des moustiques à l’homme et qu’il se propage de manière explosive sur tout le continent américain et les Caraïbes. Pourtant, il n’y a pas si longtemps, en 2013, ce virus a déjà touché les Polynésiens avec une très importante et rapide diffusion de l’épidémie. On redécouvre ici donc cette maladie de là-bas…
 
Entendre les populations touchées.
 
Cette surprise s’explique par le fait que l’information suit un cheminement qui va du haut vers le bas, elle est émise par l’Organisation mondiale de la santé, le gouvernement, les médias ou le monde scientifique à l’adresse des populations touchées, sans attention portée à leur retour. Comme pour l’Ebola, nos élites semblent accorder peu d’importance à l’écoute des patients et des soignants concernés. Les besoins et interrogations des populations ne sont que très rarement, voire pas du tout, mentionnés.
 
Ce décalage est pourtant extrêmement dommageable. Cette situation n’aide pas à l’intégration des messages de prévention et ajoute à l’anxiété. Les messages de prévention et de détection sont pourtant des éléments prioritaires de lutte contre l’épidémie. Ces discours peu entendus et ou parfois complètement rejetés par les populations laissent place à la rumeur et à la désinformation, ce qui vient entraver l’efficacité de la riposte. Le discours délivré ne colle d’ailleurs pas aux réels besoins. Par exemple, les premiers cas de Zika sur le fleuve Maroni en Guyane ont étés signalés début février, les habitants principalement noir marrons et amérindiens ne parlant pas forcément le français n’ont bénéficié d’aucune d’information dans leur langue. Mais même si une information adaptée leur avait été adressée, comment se protéger contre les moustiques quand il n’y a pas de délivrance ni de disponibilité de répulsifs ou de moustiquaires ?
 
0