Roberto Bertollini, scientifique en chef à l'OMS : l'Europe est prête à faire face au virus Zika

Un article de Parlement européen Actualité
February 18, 2016
Le virus Zika, accusé de causer des malformations congénitales, soulève des inquiétudes croissantes en Europe. Mercredi 17 février, les députés de la commission de l'environnement et de la santé publique ont débattu de cette épidémie avec des représentants de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Nous avons rencontré à l'issue de la réunion Roberto Bertollini, scientifique en chef et représentant de l'OMS auprès de l'Union européenne.
 
Ce virus est connu depuis 1947 : comment expliquer qu'aucun vaccin n'ait été développé jusqu'ici ?
 
Zika fait partie de ces nombreuses maladies que nous connaissons mais pour lesquelles nous ne disposons pas de vaccin, soit parce que le virus reste confiné dans certaines zones, soit parce qu'il est bénin, comme c'est le cas ici. Ce n'est que récemment que la sonnette d'alarme a été tirée, lorsque les premiers cas de microcéphalie ont été observés en Polynésie française en 2013-2014. La situation est désormais bien plus sérieuse. L'opinion publique et les gouvernements demandent de plus en plus d'études autour de ces vaccins.
 
Comment de temps faudra-t-il pour développer un vaccin ? Quelle est la probabilité de réussite ?
 
Je pense que ce sera un succès. Nous avons acquis beaucoup d'expérience avec le virus Ébola : nous sommes parvenus à développer en très peu de temps un vaccin quasi complet. Nous sommes plutôt optimistes concernant le développement dans les 15 à 18 mois prochains d'au moins un pré-vaccin destiné à l'expérimentation. Nous avons beaucoup appris avec Ébola, et il y a eu un véritable changement dans les comportements.
 
0